Cours Le genre du film d’horreur dans le Nouvel Hollywood

Le genre du film d’horreur dans le Nouvel Hollywood

Films présentés

- La Nuit des morts-vivants, George A. Romero (1968)

- Massacre à la tronçonneuse, Tobe Hooper (1974)

- Halloween, la nuit des masques, John Carpenter (1978)

- Shining, Stanley Kubrick (1979)

 

Bibliographie exhaustive

- THORET Jean-Baptiste, Le nouvel Hollywood : d’Easy Rider à Apocalypse Now, éd. Le Lombard, collection La Petite bédèthèque des savoirs, Bruxelles, 2016, 95p.

- BISKIND Peter, Le Nouvel Hollywood. Coppola, Lucas, Scorsese, Spielberg… la révolution d’une génération document, éd. Points : Le cherche midi, Paris, 2008, 691p.

 

Rappel

 

Le mouvement cinématographique américain du Nouvel Hollywood se déroule de la fin des années 1960 au début des années 1980. Ce mouvement s’inscrit dans une notion de modernité, de contre-culture et de prises de position souvent politiques.

Aussi, ce mouvement se définit par sa volonté à montrer des sujets considérés auparavant par le cinéma classique comme tabous ou interdits (code Hays) tels que la violence, la sexualité ou l’immoralité.

Le Nouvel Hollywood s’affranchit ainsi des codes des genres classiques du cinéma américains : western, film noir, comédie, film d’horreur, etc. pour mieux les renouveler.

 

Cours

 

Le film d’horreur ou film d’épouvante est un genre cinématographique ayant pour but de susciter un sentiment de crainte et de répulsion chez le spectateur. Il introduit autant les conventions du thriller que celles du film fantastique pour provoquer cette peur. Ce genre cinématographique oscille ainsi en permanence entre réalité et fiction. On retrouve régulièrement l’idée d’un univers quotidien, rassurant et connu du spectateur qui est perturbé par un élément fictif et nocif. Les films impliquant des zombies, vampires, revenants, loups garous, etc. sont de bons exemples (montrer des images des films d’épouvante américains des années 1930-40).

 

Extraits : La Nuit des morts-vivants

Demander aux élèves : quel traitement esthétique est mis en place ? Quelle différence y a-t-il avec les images montrées précédemment (films d’épouvante de 1930-40) ?

- Le tournage en prise de vue réelle et non plus en studios (décor construit / lumière naturelle).

Parler de l’influence de la Nouvelle Vague française.

- Esthétique de film à « petit budget » lié au genre du film d’horreur, et à la question de la politique de l’auteur à partir des années 1960 : les auteurs revendiquent leur légitimité face aux grands studios américains.

- Sur le fond, ce film de morts-vivants dénonce les travers de la société de la fin des années 1960. En effet, la menace des zombies symbolise une société sclérosée par la consommation de masse et le racisme.

 

Le nouvel Hollywood voit également l’apparition d’un sous-genre du film d’horreur : le slasher. Ce terme est apparu dans les années 1990, dans les milieux universitaires (Vera Dika et Carol Clover).

Extraits : Halloween, la nuit des masques / Massacre à la tronçonneuse

Ce sous-genre repose sur la figure d’un tueur masqué punissant en apparence la sexualité adolescente. Ce genre fut très populaire auprès des adolescents de 1978 à 1984. Très violent et sanglant, le slasher serait selon de nombreux critiques, une expression de sadisme « gratuit »[1].

Ces films du nouvel Hollywood ne sont plus régis par des règles de bienséance et n’hésitent pas à être de plus en plus violents, notamment dans la représentation/monstration des actes de tueries. Cela s’explique, en partie, par le fait qu’il devient difficile d’impressionner le spectateur américain. Celui-ci est habitué aux images brutales de son quotidien : la guerre du Viêtnam, les revendications des jeunes (afro-américains), etc.

Par ailleurs, ses films mettent en avant une jeunesse américaine « débridée ». Lié au contexte des revendications de la jeunesse pour sa liberté et ses droits, ces films ont pour but d’être le miroir d’une société nouvelle. Cependant, en punissant la « sexualité » des adolescents, ces films d’horreur témoignent d’une Amérique toujours puritaine qui n’arrive pas à se défaire totalement de ses règles de bienséance, instaurées pendant des années par le code Hays.

 

Conclusion

 

Le genre du film d’horreur sous le nouvel Hollywood se renouvelle aussi bien dans le fond (discours) que la forme (esthétique).

Les films d’horreur de cette époque cristallisent les conflits de l’époque, qu’ils soient générationnels, financiers ou encore politiques. Le nouvel Hollywood se veut ainsi être le reflet d’un monde sombre, réaliste et violent. Ce que le genre du film d’horreur peut parfaitement incarner.

 

Bonus : Extrait : Shining

Demander aux élèves comment ils interprètent la séquence présentée et en quoi celle-ci s’inscrit dans le contexte du film d’horreur du nouvel Hollywood.

 

> Violence psychologique et folie du personnage à voir comme la désagrégation meurtrière de la cellule familiale (divorce, figure paternaliste réprouvé), et du monde (guerre du Viêtnam)

> Slasher ?

[1] CHRISTOL Florent, Massacres et massacres : « hop-Frog » d’Edgar Poe (1849) et le film d’horreur américain contemporain (1964-1984), thèse de doctorat, dir. Gilles Menegaldo, université de Poitiers, 2013.

Categories: Non classé

Laisser un commentaire